11EME PANZER

LUGER - P08

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LUGER - P08

Message  Invité le Sam 1 Déc - 17:05

Développé en 1898 par Georg Luger à partir du pistolet Borchardt C-93, cette arme sera utilisée tout à la fois au cours de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été produite et mise en service dans plusieurs pays en tant qu'arme réglementaire (Allemagne et Suisse par exemple). En France, elle équipa la Gendarmerie, l'Armée de terre et la Préfecture de Police de Paris, entre 1945 et 1955. Les 5 000 armes françaises comme les Walther P38 utilisés dans les mêmes conditions, venaient des Usines Mauser alors occupées.







Le nom Parabellum vient du latin Si vis Pacem, para bellum (si tu veux la paix, prépare la guerre). Il sera initialement chambré en 7,65 mm Parabellum, munition directement dérivée du 7,65 mm Borchardt utilisée par le pistolet Borchardt C-93. Son chambrage sera ultérieurement modifié afin de permettre l'utilisation d'une balle d'un calibre supérieur, le 9 mm Parabellum, la munition d'arme de poing la plus répandue depuis. Les deux calibres cohabiteront (l'armée suisse utilisa le Luger 1900/1906 chambré en 7,65 mm Parabellum, plusieurs fois modifié et remplacé en 1949 par le Sig P210).



Le modèle standard de l'armée allemande est adopté sous le nom de P08 correspondant au modèle de 1908 chambré en 9 mm Parabellum et doté d'un canon de 10,2 cm (simplifié en 1914 devenant le P08/14). Le modèle produit pour la marine (de 1904 à 1918) a un canon de 15,2 cm, 20,3 cm pour celui destiné aux artilleurs. Les modèles commerciaux présentent des canons s'échelonnant de 9,8 cm à 35 cm pour une versions carabine munie d'une crosse détachable.
Le Luger Parabellum, s'il était une arme confortable, précise (dans la limite de la précision d'une arme dépourvue d'instruments de visée réglables) et relativement fiable pour son époque restait cher à produire et capricieux en comparaison des modèles développés à sa suite tels le Browning Hi-Power ou le P38.







Si le Luger n'a pas subi de modification majeure durant sa carrière, il n'en va pas de même pour la munition de 9 mm Parabellum développée pour cette arme. L'extension de l'utilisation de cette cartouche pour des pistolets mitrailleurs (comme le MAT 49 en France, le Sten britannique ou le Uzi israélien) aux mécanismes plus lourds a nécessité un chargement plus musclé de la munition. Dans bien des cas, le chargement des munitions actuelles dépasse les capacités du fragile mécanisme « à genouillère » du Luger.
Le Luger Parabellum est définitivement devenu une pièce de collection à partir des années 1950.







Le Luger Parabellum est l'un des tout premiers pistolets semi-automatiques et sans doute le premier ayant connu une large diffusion. Il fut fabriqué par la Deutsche Waffen und Munitionsfabriken de 1900 à 1942, fabrication reprise dans les années 1970 par Mauser.











Spécifications P08 et P08/14

Calibre : 9 mm Parabellum
Poids non chargé : 0,850 kg
Poids chargé : -
Longueur : 23 cm
Longueur du canon : 10,2 cm ; 20 cm pour P08/14
Capacité : 8 coups







Spécifications Luger Marine (Modèles 1904, 1904/06 et 1904/08

Calibre : 7,65 mm Parabellum et 9 mm Parabellum
Poids non chargé : 1 kg
Poids chargé : -
Longueur : 26 cm
Longueur du canon : 15 cm (existe aussi en 10,2 cm)
Instruments de visée : hausse 100/200 m (à l'arrière de la carcasse) et guidon fixe
Capacité : 8 coups

Source ... La Saga du Luger de Michel Malherbe (Crépin-Leblond - 1994)

































Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LUGER - P08

Message  Invité le Jeu 20 Déc - 21:05

Une particularitée du P08 est de pouvoir tirer lorsque l'ensemble canon-bloc culasse est retiré de la carcasse.
Cette pratique (rare) c'est vu chez les derniers "fanatiques" refusant la défaite,voir refusant d'être capturé.
-Chambrer une cartouche
-Basculer le verrou à l'avant et retirer la plaquette sur la gauche
-Retirer l'ensemble canon-culasse
-Presser la lamette sur la gauche du boitier culasse et PAN
C'est assez surprenant et surtout très dangereux.
Pourquoi cette pratique plutôt que de conserver l'arme complète?Simplement parcequ'il s'agit de la "dernière cartouche" et que l'ensemble se cache aisément dans une botte.
Je ne pense pas que l'inventeur ai pensé à ça lors de la conception de l'arme,mais voilà,c'est une particularité de ce superbe pistolet

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum