11EME PANZER

Histoire de la 11eme Panzer Division

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de la 11eme Panzer Division

Message  Invité le Jeu 18 Oct - 11:04



La 11.Panzer-Division.


La 11e Panzerdivision, surnommée la Gespensterdivision (« Division fantôme »)





La 11.Panzer-Division est formée à l’automne 1940 avec les troupes de la 11.Schützen-Brigade et du 15.Panzer-Regiment appartenant à la 5.Pz.Div. La plupart des hommes sont originaires de Silésie. En avril 1941, elle participe aux combats dans les Balkans, puis sur le front de l’Est dans le secteur du Heeres-Gruppe-Südukraine. En 1943 elle subit de lourdes pertes à Bjelgorod et Kriwoj-Rog et en janvier 1944, elle manque d’être encerclée à Korsun. En avril, la division est transportée dans la région de Libourne (Bordelais), puis elle est peu à peu reconstituée avec des éléments issus de la 273.Res.Pz.Div. Cette restructuration prend fin le 18 juin où les derniers éléments restant de la 273.Res.Pz.Div sont amalgamés à la 11.Pz.Div. En voici le détail : la Div.Kdo.11.Pz.Div provient de la Div.Kdo.273.Res.Pz.Div, le Pz.Gren.Rgt.110 provient du Res.Pz.Gren.Rgt.92, le Pz.Gren.Rgt.111 provient du Res.Pz.Gren.Rgt.73 (mot), la Pz.Aufkl.Abt.11 provient de la Res.Pz.Aufkl.Abt.7, le Panzer-Rgt.15 provient à la fois du Res.Pz.Abt.35 et du Res.Pz.Abt.25 et le Art.Rgt.119 provient du Res.Art.Rgt.167.


La division est constituée à partir de la 11e Schützenbrigade (brigade de chasseurs), qui a fourni la composante d’infanterie motorisée, tandis que le 15e Panzer-Regiment était transféré de la 5e Panzerdivision pour former le noyau blindé de la nouvelle unité.
Des bataillons de motocyclistes, de reconnaissance et de chasseurs de chars provenant de la 231e division d’infanterie lui sont affectés.
Des unités de transmissions de la 311e division d’infanterie, une unité de génie de la 209e division d’infanterie et un bataillon de chasseurs d'un régiment de la 4e division d’infanterie sont venus étoffer les effectifs de la division





Ordre de batailles


Juin 1941

33.Panzer-Regiment
11.Schützen-Brigade
61.Kradschützen-Bataillon
61.Panzerjäger-Abteilung
231.Aufklärungs-Abteilung
119.Artillerie Regiment
85.Nachrichten-Bataillon
86.Pionier-Bataillon
71.Flak-Battalion
2/21.Panzer Luftwaffe Oberservation Staffel


Juillet 1943

15.Panzer-Regiment
110.Panzergrenadier-Regiment
4.Panzergrenadier-Regiment
61.Panzerjäger-Abteilung
11.Aufklärungs-Abteilung
76.Panzer-Artillerie-Regiment
277.Heeres-Flak-Bataillon
209.Panzer-Pioneer-Bataillon
89.Panzer-Nachrichten-Bataillon
61.Feldersatz-Battalion


Mars 1945

Après les pertes qu'elle a subies lors de la bataille des Ardennes, la division ne comptent plus que 4 000 hommes et seulement une trentaine de chars de combat, stationnés près de Dusseldorf.


insignes de la division ...





Dernière édition par cab74 le Dim 28 Oct - 17:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de la 11eme Panzer Division

Message  Invité le Jeu 18 Oct - 11:04

les commandants de la 11.Panzer-Division.

Kdr : Generalmajor puis Generalleutnant (au 1/7/44) Wend von Wietersheim, RK le 10/2/42, Eich le 12/1/43, Schwerten le 26/3/44, DKG le 24/12/41
Ia : Major i.G Werner Drews
01 : Oberleutnant Bracht
Ib : Major i.G Forcke
Ic : Oberleutnant Siegfried Vietor
IIa : Major i.G Hans Schlanz
Divisions-Arzt : ObStbArzt.BDr Werner Baumann

Pz.Rgt.15 Oberstleutnant Stenkoff
I./Pz.Rgt.15 ?
II./Pz.Rgt.15 Major von Berger
Pz.Gren.Rgt.110 Oberst Heinrich Hax, RK le 8/3/45, Eich le 30/4/45
IIa Oberleutnant Julius Dahlhaus
I./ Pz.Gren.Rgt.110 ?
II./ Pz.Gren.Rgt.110 ?
Pz.Gren.Rgt.111 Oberstleutnant Wilde
IIa Hauptmann Muenzner
I./ Pz.Gren.Rgt.111 ?
II./ Pz.Gren.Rgt.111 ?
Pz.Aufkl.Abt.11 Major Karl Bode
Heeres-Flak-Art.Abt.(mot) 277 Major Paul Menzel, RK le 10/9/44
Pz.Jäg.Abt.61 Major Arnold Kessler, RK le 4/10/44
Feldersatz-Btl.119 Major Carl Thieme, RK le 30/10/43, Eich le 23/10/44, Schwerter le 9/5/45, DKG le 9/4/43
Pz.Art.Rgt.119 Oberstleutnant Erich Hammon, RK le 1/2/45, DKG le 26/12/41
I./Pz.Art.Rgt.119 ?
II./Pz.Art.Rgt.119 ?
III./Pz.Art.Rgt.119 ?
Pz.Pi.Btl.89 Major Heinz Bödicker, RK le 9/1/44, DKG le 2/9/43
Pz.Nachr.Abt.89 Major Arnold Steuer
Pz.Dinatru 61 Major Günther von Zamory


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de la 11eme Panzer Division

Message  Invité le Jeu 18 Oct - 11:07

les principaux kampfgruppe de la 11eme durant les combat de l'été 44 a l'ouest ...


Kampfgruppe Bode.

Ce groupement devant opérer dans le Bergeracois est mené par le Major Karl Bode commandant la Pz.Aufkl.Abt.11. Etablit à Castillon près de Bordeaux avec la 11.Pz.Div, la Kampfgruppe Bode fait mouvement dès le 18 juin en direction de St-Foy la Grande. Elle est constituée d’une compagnie d’état-major Stabskompnie, de trois compagnies de combat Aufklärungskompanien, complété par une compagnie de service Versorgungskompanie, soit un total de 29 le.SPW (Sd.Kfz.250), de 30 m.SPW (Sd.Kfz.251), de 10 le.Pz.Späh-Wagen (4-Rad) 222/223, 3 s.Pz.Späh-Wagen (8-Rad) et un grand nombre de camions, ce qui totalise une puissance de feu de : 7 m.SPW 251/9 avec canon de 7,5 cm, 10 m.SPW 251/2 avec mortier de 8,14 cm, 3 pièces de 3,7 cm Pak 36 tractées, et 8 Pz.Späh-Wagen armés de canon de 2 cm KwK. Chaque véhicule est reconnaissable de par son emblème : un squelette enveloppé d’un suaire arborant une épée, d’où le nom de Gespenster-Division (division fantome). Après avoir atteind St-Foy la Grande, la colonne penètre, dans la soirée, à Bergerac après avoir perdu quelques véhicules, qui ont sauté sur des mines posées par le groupe Loiseau de l’Armée secrète (AS). Avec l’arrivée de la Kampfgruppe Bode, les forces du maquis se rassemblent pour faire front autour de Mouleydier. Il s’agit des FTP de Soleil, et de l’AS (groupes : Alexis, Cerisier, Marsouin, Loiseau, Bertrand, Leduc, Pistolet et Max). Le 21, la Pz.Späh.Kp.AOK 1 commandée par l’Oberleutnant Otto Schulze-Roeder, arrive à Bergerac pour renforcer l’action de la Kampfgruppe Bode. Le lendemain, à 6h00 du matin, après une reconnaissance effectuée par un avion Flieserstorch, le Kampfgruppe Bode s’élance vers les retranchements FFI établis autour de Mouleydier. Le Maquis démuni d’armes antichars doit rompe rapidement le combat en évacuant les positions en catastrophe. Bilan de cet engagement : 170 maisons incendiées sur 180 et 30 morts du coté du Maquis. Dans le Bergeracois, entre le 11 et le 21 juin, seront dénombrés près de 200 soldats allemands tués ou blessés. Le 22 une colonne de la Pz.A.A.11 assistée par des membres du SD et les Nord-Africains de la Hilfspoleizei, opère dans le secteur de Vergt. Bilan 3 morts parmi le maquis et des habitations en flammes.
Le 24, la Pz.A.A.11 ratisse le secteur de Bayac et Monsac (secteur ouest de Beaumont) et le 25, une colonne intervient dans le secteur d’Audrix et une seconde dans le secteur de Bergerac ,sous les ordres directes de l’état-major du Generalleutnant Ottenbacher dépêchée sur place. Le 27, une partie de la Pz.A.A.11 est engagée à St-Cyprien et Castelnaud et le 28 et 30 un sous-groupement de la Pz.A.A.11 patrouille le long de la route Marmande - Bergerac et est engagé dans le secteur d’Issigeac. Bilan 20 morts.
Le 12 juillet, une partie de la Pz.A.A.11 ratisse le secteur de Sarlat. Le 14, la Pz.A.A.11 est de retour à Périgueux et le 16 des éléments de cette unité entrent en action à Villeneuve sur Lot et à Bergerac ; bilan 15 morts.
Comme vous pouvez le constater, il est toutefois très difficile, de part les très nombreuses actions menées dans ce secteur, d’établir une liste des morts ou des blessés et cela aussi bien du coté du maquis, de la population civile ou des Allemands.



Kampfgruppe Wilde.

Cette Kampfgruppe placé sous les ordres de l’Oberstleutnant Wilde Kommandeur du Pz.Gren.Rgt.111 regroupe pour lutter contre les maquis du I./Pz.Gren.Rgt.111, du II./Pz.Gren.Rgt.111, de la 3./Pz.Jäger.61(armée de 12 pièces de 7,5 cm Pak 40), de la batterie 5./Pz.AR.119 (4 pièces de 10,5 cm le.FH 18/40), de la batterie 6./Pz.AR.119 (4 pièces de 10,5 cm le.FH 18/40) et de la batterie 7./Pz.AR.119 (4 pièces de 10 cm K18). C’est à partir du 11 juin 1944, que la Kampfgruppe Wilde va se faire connaître de la population, par ses nombreuses actions repressives en Perigord. Dès le 11 une colonne issue de ce groupe de combat progresse depuis Libourne en direction de Périgueux. Arrivé à Mussidan le groupe de combat passe à l’attaque, car à la gare un train permettant le transfert d’ouvriers de Périgueux à Montpon, est attaqué par les maquis. Le 15 juin, des unités issues du Pz.Gren.Rgt.111 ratissent le secteur d’Orgnac. Le 20, le Kpf.Gr Wilde est en opération dans le secteur de Donzenac (nord de Brive). Suite à differents combats la 11.Pz-Div totalisera la perte de 67 combattants. Le 23, des unités du Pz.Gren.Rgt.111sécurisent l’axe Périgueux - Brive en occupant les bourgs de Terrasson et Villedieu. Du 24 au 26 les sous-groupements du Kpf.Gr Wilde patrouillent à la fois au sud dans le secteur Brive - Souillac - Cahors et Gourdon et au nord de Brive en direction de Tulle et Uzerche.
Le 27, le II./Pz.Gren.Rgt.111, sous le commandement du Generalleutnant Ottenbacher, est engagé dans la région de Thiviers. Du 24 au 28 juin, le Kpf.Gr Wilde se scinde en trois sous-groupements pour passer au peigne fin la région de Brive, Salignac, Souillac et Sarlat. Le 25, le bourg de Salignac est investi et les exactions commencent ; la Gendarmerie et de nombreuses habitations sont alors incendiés. Lors de cette action la résistance et la population locale laissent au tapis 65 morts. Le 26 juin une colonne du Kampfgruppe tombe dans une embuscade à 8 km de Sarlat, sur la route de Salignac. Après plusieurs heures de combats face aux groupes de l’AS « Alberte et Victor » perdant dans cette action 17 hommes, la colonne force le passage et penêtre dans Sarlat au debut de l’après midi. Le 27, une nouvelle opération de ratissage est engagée en direction de Cénac et Vitrac. Ce parcourt est jalonné de morts civils ou militaires (maquis As du groupe Loiseau) à Cénac, Vitrac, Meyrals, Laroque-Gageac et Castelnaud. Dans ce dernier lieu, le détachement MOI arrête la progression d’une des colonnes, faisant près de 20 morts dans les rangs allemands, qui rebroussent chemin. Ce même jour un autre détachement de la Kampgruppe Wilde met à sac le bourg de Carsac et tire au canon sur les batisses qui s’embrasent aussitôt.
Les 29 et 30 juin, les colonnes mobiles du Kpf.Gr Wilde exporent les secteurs de Cénac, Domme, Corgnac, St-Julien de Lampon, Lanouaille, Excideuil et Peyrac le Moustier et occupent St-Nathalene, au nord de Sarlat. La répression fait alors 25 morts parmis la population locale et les forces du maquis. Le 1er juillet, le Kpf.Gr Wilde décroche et rejoind Cahors et Montauban via Lalbenque. Le 4, le PC du Pz.Gren.Rgt.111 s’installe à 17h00 à Villeneuve sur Lot.
Le 16, des unités détachées du Pz.Gren.Rgt.111, de la Pz.A.A.11 et de la H.Flak-Abt.277 cadrillent la région de Villeneuve sur Lot à la recherche d’un contact avec les FFI.
Le 17, les I.et II./Pz.Gren.Rgt.111 patrouillent sur la RN 127 entre Agen et Tonneins. Le 20 commence le déclanchement des opérations des Kampfgruppen Wilde et Hax. Le 20, le Kampfgruppe Wilde opére en deux sous-groupements dans le secteur de Cancon - Castillones. Le 22, les sous-groupements ratissent la Dordogne avec le sous groupement nord, qui opére à Salignac-Eyvignes et le sous-groupement sud en action à Montfauleon et Gourdon. Le 24, les Kampfgruppen Wilde et Bode terminent leurs opérations en Dordogne et rejoingnent, le 28 juillet, Carcassonne en passant par Gramat et Figeac.



Kampfgruppe Hax.

Ce groupe de combat articulé autour du Pz.Gren.Rgt.110, sous le commandement de l’Oberst Heinrich Hax, va sevir en opérations anti-maquis entre le 22 juin et le 23 juillet. En provenance de la région de Bordeaux la Kampfgruppe Hax va surtout engager dans les actions, son II./Pz.Gren.Rgt.110 (Radfahr.Btl). Du 22 au 25 juin le II./Pz.Gren.Rgt.110 fait route vers le sud-est et est engagé dans les combats de la Reole - St-Macaire et Langon. Le 26 et les jours suivant, le II./Pz.Gren.Rgt.110 continu sur sa lançée et explore, à la recherche des maquis, le secteur de Lerm - Musset - Allons (ouest de Casteljaloux).
Le 2 juillet, une partie du I./Pz.Gren.Rgt.110 (GP) est engagé dans le secteur de Busses et le II./Pz.Gren.Rgt.110 passe à l’actions en foret de la Gresigne, Molières et Puycornet. Le 14, le II./Pz.Gren.Rgt.110 parcourt la D932 via captieux - Roquefort et arrive le 16 à Mont de Marsan. Le 20 juillet marque le déclanchement général des grandes opérations des Kampfgruppen Wilde et Hax. A 21h00 la Kampfgruppe Hax ratisse le secteur de Nérac - Condom et le 23, le II./Pz.Gren.Rgt.110 totalise à son actif, 24 morts et 6 prisonniers sur le trajet Condom - Auch. Le 25, la Kampfgruppe Hax se rassemble à Carcassonne pour rejoindre Nîmes.


Autres formations de la 11.Pz.Div.

Le 16 juin, la H.Flak-Art.Abt.277 est transferée de Libourne à Marmande et la II./Pz.AR.119 doit se rassembler le plus rapidement possible dans le secteur de Cahors et de Montauban. Le 29, le Stab et les unités du Pz.Rgt.15 s’installent dans la zone Montauban - Toulouse. Le 17 et le 18 juillet, une partie de la H.Flak-Abt.277 entre en action contre les maquis au sud de Marmande près de Casteljaloux.

Texte Alain Chazette













Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de la 11eme Panzer Division

Message  Invité le Dim 21 Oct - 10:14

.... et pour compléter ce nouveau superbe sujet préparé par Cab, voici un lien utile (où vous pourrez trouver les ouvrages de Thierry CHAZALON)

http://www.batailledemontelimar.org/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de la 11eme Panzer Division

Message  Invité le Lun 29 Oct - 20:51


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

a

Message  andrea lutz le Dim 10 Fév - 11:52

une petite trouve aujourd hui . [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
andrea lutz
Admin

Messages : 1625
Date d'inscription : 06/10/2012
Age : 54
Localisation : LIVRON SUR DROME

http://11emepanzer.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de la 11eme Panzer Division

Message  Invité le Mar 29 Déc - 11:47

Une info qui peut compléter ton info sur Bode. Ils ont aussi participer a une attaque du cam de cendrieux en dordogne (Durestal pour le lieux dit) et on fais brule le bois. Je pense qu 'ils ont été également pris a partie l'ors d'un accrochage du coté de Vergt également. Pour cela je tenterai d'en savoir plus grace a l'aide d'un écrivain qui justement a travailler dessus et qui possède quelques photos de cette division. Je vous tiens au f]][/b]jus Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de la 11eme Panzer Division

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum